Les p'tites histoires

Mea culpa

En général, dans cette catégorie, j’annonce les sorties. Eh bien, aujourd’hui, on va faire autre chose. Aujourd’hui, on va parler du cas La Septième Face.

Ca fait deux ans que j’ai sorti le 1er tome en papier et ça fait bien plus que l’histoire est née (ça fait huit ans au moment où j’écris ces lignes). Je l’avais commencée juste après avoir terminé mon premier roman, Le reflet des Ombres. Jusque là, je n’avais tenté que des trucs sérieux : de la fantasy dépressive, de la SF sadique. Et L7F, c’est un petit monde tout gentil (bon, avec quelques bestioles à dents, mais eh, elles sont adorables) avec plein de dialogues qui partent dans tous les sens. C’est vraiment cette histoire qui m’a fait adorer l’absurde et qui a déclenché toute ma vague d’expériences qui a suivi (Quand la mousse pousseComment j’ai tué sept personnes avec une agrafeuseDes cafards et des âmes et même Les pâtes froides ou le En attendant la tempête qui va arriver bientôt). Bref, c’est une histoire primordiale dans mon développement scribouilleux. Je me suis amusée avec cette histoire et son univers, vraiment.

Je me suis amusée… jusqu’à ce que je fasse un plan. C’était pour la première partie du tome 2 (le livre 3 dans le découpage de l’époque). C’était un petit truc de rien du tout, une page de petit cahier, mais ça m’a bloqué pour des années. Ca m’a bloqué et je suis partie vers d’autres histoires, vers plein d’autres histoires. J’ai fait beaucoup d’absurde, vraiment, vraiment beaucoup. Et puis, tout doucement, je me suis tournée vers de la SF et des sujets plus “sérieux”, plus noirs. Je ne dis pas que c’est mieux. C’est juste quelque chose dont j’avais besoin. Parce que l’écriture, les sujets abordés, ça change avec le temps. Voilà.

Il y a deux ans donc, j’ai passé le premier tome en auto-édition. Pourquoi ? Parce que je m’étais dit que si j’officialisais la chose, je n’aurai pas d’autre choix que de reprendre ce projet, de le sortir de l’oubli où il était tombé, de le finir enfin.  Spoiler alert : ça n’a pas marché. J’ai continué le tome 2 qui est écrit à 60% à peu près. Mais ça avançait lentement, je pondais genre un chapitre par mois et je ne m’amusais plus autant avec cette histoire. Bien sûr, j’aime Machin, le Crapaud, Cresette, Nouchette, Hette et les autres. Ca a été mes tout premiers personnages absurdes, ça a été mon tout premier monde farfelu.

Mais voilà, cette aventure, elle est finie.

Ce n’est absolument pas une décision à chaud que je prends. J’ai réfléchi des mois, des années à ça. Et je peux vous assurer que ça m’en coûte de dire adieu au Cube, vraiment. Et j’ai des regrets avec cette histoire : de ne pas l’avoir menée à bout, de l’avoir auto-éditée trop précipitamment. Parce que voilà, en règle générale, je ne passe pas n’importe quoi en auto-édition : je le fais pour des histoires que je considère comme finies et vers lesquelles je sais que je ne reviendrai plus. Et retirer La Septième Face alors que beaucoup de monde l’a lu, l’a acheté et n’aura jamais la suite, je ne trouve pas ça correct. Mais ce qui est encore moins correct, c’est de la laisser végéter ou de sortir une suite que j’aurais écrite sans aucune conviction. Je ne veux pas d’un tome 2 moins bien que le premier, moins absurde, moins dans l’esprit de la saga. Et comme j’ai décidé que je vais refermer la page L7F, eh bien il n’y a pas quinze solutions.

La Septième Face sera donc retiré de la circulation à la fin du mois de novembre. Ouais, j’ai décidé de me faire ça comme cadeau d’anniversaire (chut). Donc si vous voulez quand même ce truc sur vos étagères pour dire que vous y étiez, vous saurez le retrouver x) Et moi, je m’excuse auprès de tous ceux qui ont mis leurs yeux dans ce texte, qui ont peut-être attendu la suite qui n’est jamais venue. Je suis désolée pour cet échec.

Voilà.

Vous aimez les Champidents ?

Soutenez-les sur

1 pensée sur “Mea culpa”

  1. Madame_Love dit :

    J’attendais cette suite avec beaucoup d’impatience… mais je comprends les raisons.

Laisser un commentaire