Les p'tites histoires

Quelques projectiles égarés

De toute façon, vous saviez qu’on allait devoir passer par là. Et oui, je sais que je vous ai déjà beaucoup chauffé les oreilles avec cette histoire. Donc allez, soyez forts. On va parler de Balles perdues ici. C’est que le lancement est imminent.

Cette histoire me tient compagnie à plein temps depuis pas loin de deux ans. Avant ça, elle était là, mais elle boitait un peu. Du coup, d’autres avaient la priorité dessus. Mais depuis que je l’ai reprise pendant l’hiver 2015, je ne l’ai plus vraiment lâchée. J’ai écrit quelques tomes, j’ai réfléchi à des trucs et des machins. J’ai beaucoup appris aussi. Et puis, l’été dernier, j’ai enfin réussi à me décider sur la structure finale que je voulais donner à cette histoire, à la manière dont je voulais la découper.

Resituons un peu déjà. BP se décompose en mouvements qui eux-mêmes se décomposent en chapitres. A l’heure actuelle, j’ai quasi fini le premier mouvement qui a à son compte quatre tomes. Et c’est avec la vision globale de toute ça que j’ai pu envisager une grosse récriture. C’est qu’en quatre tomes, j’ai appris à connaitre les persos, les enjeux se sont un peu mieux dégagés. Bon, on ne va pas se mentir, elle a fait un peu mal, cette décision. Parce que les quatre premiers tomes, c’est quelque chose comme 350 000 mots. Mais je n’aurais pas été satisfaite de la chose si je l’avais laissée en l’état.

Et puis, dans l’écriture, j’ai besoin de me mettre des limites. C’est pour cette raison que j’ai passé quelques romans en auto-édition. Je sais qu’une fois que j’ai édité un bouquin, je ne le retoucherai plus. Alors, bien sûr, il sera imparfait, il y aura toujours des trucs qu’on pourrait arranger si on le reprenait. Mais tant pis, il devra apprendre à vivre avec ces imperfections. Je sais juste que j’aurai donné le maximum pour le rendre joli et lisible à un instant T. Et le fait que mon écriture évolue après, ça ne le concerne plus.

C’est de ça que j’ai besoin avec BP en ce moment. Parce que récrire ce roman à l’infini, je pourrais. Mais je n’en ai pas envie. Il a un fond qui me convient, il raconte ce que je veux. Mais je pourrais chipoter sur la forme pendant encore des années. Donc on arrête ça et on part sur la version finale. Oui, finale. Et là, j’avoue, je tremble un peu des genoux. Mais en même temps, c’est le truc à faire. Parce que je n’ai pas vraiment envie de rester en boucle sur le début. J’ai beaucoup de choses à raconter avec et j’aimerais bien le faire de mon vivant lol

Parce que BP, c’est… bah c’est un minimum de 12 tomes : trois mouvements de 4 tomes. Et j’aime bien le premier, ce n’est pas le souci. Mais les suivants, je les aime tout autant, voire plus. Donc il est temps de le laisser battre de ses petites ailes, il en a besoin et moi aussi.

La toute première base de ce roman, c’était la révolution russe de 1917. Depuis, je suis partie sur un contexte SF qui s’en inspire très librement, mais les influences, c’est quand même cool. Et comme dans un peu moins d’un mois, on en fête le centenaire, c’était le bon moment mrgreen Je vais donc profiter des Champi’séries que j’ai montés il y a peu pour tenter une diffusion en épisodes mensuels, puis une publication papier. Et ça va être un gros morceau parce que cette histoire est très importante pour moi (sortez les violons). C’est avec elle que j’explore le plus mes sujets de prédilection : l’oppression, la propagande, la recherche de la liberté.

Ca ne parlera pas à tout le monde et ça ne plaira pas à tout le monde. Mais ce n’est pas bien grave. Ma démarche dans l’écriture n’a jamais été de plaire à qui que ce soit, plutôt d’évacuer les histoires qui voulaient qu’on les raconte. Et s’il se trouve des lecteurs, ma foi, ça ne sera que du bonus x)

La publication du premier épisode (“Une promenade de santé”) est prévue pour le 15 octobre (ce dimanche, oui). Elle sera dispo dans sa version numérique et en accès libre sur le site des Champi’séries. Donc s’il vous prend l’envie d’y jeter des yeux, il n’y aura qu’à aller trifouiller smile

Allez, merci d’avoir lu cette tartine à ceux qui sont arrivés au bout !

Laisser un commentaire