Bric-à-brac

L’auteur sur le divan

Il arrive dans la vie d’un auteur qu’il écrive un texte. Il arrive aussi que l’auteur le fasse lire à des gens. Et les gens, quand on leur fait lire, bah ils ont toujours très envie de tout décortiquer. Vraiment tout.

Et aujourd’hui, on va aller casser du mythe mrgreen

Il circule une croyance populaire selon laquelle l’auteur s’inspire de son vécu pour écrire des trucs (c’est particulièrement vrai pour les auteurs de fantasy qui côtoient tous les jours des elfes et des nains). L’auteur observe son petit monde tel le vautour prêt à fondre sur sa proie. Il l’observe, il l’observe et il écrit un truc. Et puis, le plus souvent, ses écrits ne sont qu’une retranscription de sa propre vie (surtout dans le cas de narrateurs tueurs en série, fait bien connu).

Alors je veux bien qu’on s’inspire de certaines petites choses, que des petits détails ressortent ici et là. Je veux bien qu’il y ait des morceaux de l’auteur dans chacun de ses textes. C’est même chouette, ça donne des oeuvres uniques. Mais un texte n’est pas un auteur. Je sais, ça parait fou.

Un texte de fiction, c’est… eh bien, de la fiction. Ca peut sembler crédible, ça peut sembler vrai. Mais le narrateur n’est pas l’auteur. Le narrateur est un personnage, une créature d’encre et de papier. Et si ce narrateur est un tueur sanguinaire qui aime dépecer des chatons à la pleine lune, eh bien, ce n’est pas forcément le cas de l’auteur (bon, il arrive aussi que ça coïncide, mais c’est quand même assez rare mrgreen ).

Oui, mais le personnage semble quand même un peu trop vrai, non ? Disons que le processus de création d’un perso est assez tordu. On observe le perso, on entre dans sa tête, on réfléchit comme il réfléchit. On devient lui, en somme. Mais uniquement sur papier.

Alors, la prochaine fois que vous lirez de la fiction et que vous aurez l’impression de lire les confessions d’un auteur, prenez le temps de réfléchir. Et par pitié, arrêtez de confondre auteur et personnage. Discuter un roman avec son auteur, c’est cool. Le psychanalyser sans aucun fondement, c’est juste gênant lol

Vous aimez les Champidents ?

Soutenez-les sur

3 pensées sur “L’auteur sur le divan”

  1. Dragon à Plumes dit :

    J’approuve ! Lorsqu’une personne de mon entourage se sent visée par l’un de mes textes ou s’inquiète de ce que j’ai pu vivre dans ma vie personnelle pour écrire ça, j’ai toujours un moment de grand vide intérieur. Mais… non, les gens. Non.

    Et si un parfait inconnu s’y mettait, alors là, je perdrais toute foi en l’humanité.

    1. Svetlana dit :

      L’entourage, c’est toujours le pire à ce niveau xD C’est pour ça que je trouve que faire lire un de ses romans à la famille proche est trouze mille fois plus traumatisant que de le faire lire à des étrangers :’)

      Non, mais, Dragon, c’est bien connu qu’on a eu de graves traumatismes dans nos petites vies xD

      1. Dragon à Plumes dit :

        Apparemment, oui ! Les auteurs sont des êtres torturés.

Laisser un commentaire