Bric-à-brac

2014, ses grenouilles et ses agrafeuses

10La fin de l’année approche, les bonnes résolutions aussi. Mais avant ça, j’ai bien envie de partir pour un tour d’horizon de 2014. Parce que cette année a finalement été assez remplie d’un point de vue scriptural mrgreen

Dans de l’écriture pure et dure, je dois une très grande partie de mes avancées au PaNo – le NaNo organisé par Plume d’Argent. En 2014, on a fait deux éditions, une hivernale et une estivale. Pour la première, j’ai fini à un peu plus de 60 000 mots et pour la seconde à 50 000 et des brouettes. Bon, on ne va pas parler de la correction des 110 000 mots, hein. Un jour, j’aurai le courage de me lancer dedans lol

Tout ça fait qu’en 2014, j’ai bouclé / avancé vraiment beaucoup d’histoires et historiettes.

Dans les terminées, on a d’abord Balles perdues (70 000 mots). C’est une histoire de SF que j’ai commencée en pointillés fin 2013, que j’ai beaucoup avancé pendant le PaNo de février et que j’ai achevée pendant celui d’août. A ce jour, c’est mon plus gros projet scriptural puisque le roman écrit correspond au premier tome d’une saga de taille indéfinie encore. Pour le moment, j’ai assez de matière jusqu’au tome 4. Non, j’ai pas peur tongue

Puis vient La Septième Face 3 (35 000 mots). Et ça, c’est une énorme victoire, oui-oui. La Septième Face (L7F pour les intimes) est la saga burlesque que je me traine depuis très longtemps. Je l’ai commencée en 2009, j’ai très vite écrit les deux premiers livres et j’ai eu la bonne idée de faire un plan pour le livre 3. S’ensuivit un blocage de plusieurs années sur ce fichu livre 3 parce que moi et les plans, c’est vraiment pas une histoire d’amour. Je suis même allée jusqu’à envisager l’abandon. Heureusement que le PaNo est arrivé et que j’ai pu boucler ce livre sans trop réfléchir.

Et enfin, on a Point de fuite (20 000 mots) (anciennement Quand le hasard s’en mêle). Ca, c’est une petite historiette qui me grattait un peu au cerveau pendant le second PaNo. Je l’avais commencée en 2011 et arrivée à la moitié, je m’en étais un peu désintéressée. Mais comme j’ai horreur des choses inachevées, elle a fini par m’avoir à l’usure.

On a aussi les histoires soit tout juste commencées, soit pas encore terminées. Elles, je leur tordrai le cou en 2015.

En ce moment, il y Enflammeurs et Vers stellaires qui gratouille un peu beaucoup au cerveau. C’est une histoire de SF burlesque ascendant jeunesse que j’ai commencée en 2013 et que j’ai complètement délaissée depuis. Après avoir relu les premiers chapitres il y a peu, je me suis fait la réflexion que c’était bien du n’importe quoi, donc qu’il fallait que je l’écrive mrgreen 2015 sera son année :3

On a aussi Comment j’ai tué sept personnes avec une agrafeuse, mon dernier dialogué burlesque en date. Comme pour Quand la mousse pousse, toute l’histoire n’est qu’une discussion entre une ribambelle de personnages. Et cette historiette s’écrit vraiment très bien. Il ne lui manque d’ailleurs que cinq petits chapitres, donc bientôt elle aura son compte.

Et pour boucler tout ça, vient Le Granboum. Cette petite chose n’en est qu’à ses balbutiements. C’est une nouvelle expérience que je tente sur la chronologie et la variation des POV. C’est globalement de l’absurde avec quelques touches de SF. On va voir ce que ça va donner tongue

Et puis, à côté de ça, en 2014, deux de mes projets ont trouvé la voie de l’édition. Quatorze minutes (anciennement Les regrets) a été édité en juin aux Editions Hélène Jacob et Derrière le désert est venu clôturer l’anthologie apocalyptique Sur les ruines du monde chez House made of dawn en juin également. Ils vivement donc tranquillement leur vie de choses éditées dans la joie et la bonne humeur bigsmile

Donc ouais, 2014 a été pas mal chargée. Et 2015 s’annonce pas mal dans son genre aussi. En effet, dès 2015, je me lance dans une expérience d’auto-édition. Oui, j’aime expérimenter mrgreen Mais de ça, j’en parlerai plus en détails une autre fois lol

Au passage, je rappelle qu’actuellement, j’organise un concours pour gagner des goodies Quatorze minutes. N’attendez pas pour y participer, il ne dure que jusqu’au 20 décembre :

Accéder au concours “Quatorze minutes de pause”

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à vous abonner à la newsletter :

3 pensées sur “2014, ses grenouilles et ses agrafeuses”

  1. Olivia Billington dit :

    “Comment j’ai tué sept personnes avec une agrafeuse” : ce dialogue s’annonce savoureux, vu le titre !

    1. Svetlana dit :

      En tout cas, il est très amusant à écrire. Plus qu’à croiser les doigts pour qu’il le soit autant à la lecture :mrgreen:

Laisser un commentaire