Publication

Certains disent que c’est de la nécrophilie…

… mais ils racontent clairement n’importe quoi tongue Qu’importe ! On va parler un peu vieilleries :’)

Quand j’étais une plume jeune et innocente, j’avais une histoire. Elle s’appelait Le reflet des Ombres. Ca a été mon tout premier roman fini et c’était dans la lointaine année 2008. Autant dire que ce ne sont que les plus anciens qui l’ont connue. Le temps passant, j’ai décidé de la récrire. Encore. Et encore. Et encore. Et encore. Au bout d’un moment, j’ai vu que certaines choses n’allaient pas, que d’autres ne tenaient pas debout. J’ai tenté de les arranger, j’ai récrit le truc un nombre incalculable de fois. Dans sa dernière version, ça n’avait plus grand chose à voir avec la première. Et puis, un jour, j’ai réalisé que je m’acharnais alors que la bestiole était bonne à enterrer. Ca a fait très bobo à mon petit cœur. Parce que LrdO, ça a quand une place particulière pour moi. Non seulement parce que ça a été mon premier achèvement, mais aussi parce que j’étais partie dans quelque chose d’assez personnel, je m’étais basée sur mon vécu russe pour construire ce roman de SF.

J’ai donc enterré cette histoire au fond du jardin… pour la déterrer quelques années plus tard. J’ai tenté encore une fois, j’ai encore changé des choses. Mais non, rien à faire, ça ne m’allait toujours pas. J’ai donc décidé de mettre fin à ses souffrances encore une fois. Et les choses auraient pu continuer comme ça si je n’avais pas entrepris l’expérience Sans issue il y a peu. C’était censé être des nouvelles longues dans des contextes SF un brin dictatoriaux sur les bords. Et là… eh bien, LrdO est revenue me gratter à la cervelle. J’ai réfléchi à la chose et je me suis dit que fuck, peut-être que c’était dans ce format que l’histoire pourrait enfin avoir sa forme finale. Le roman a oscillé entre 50K et 90K pendant les différentes récritures. Ca a aussi alterné entre trois à quatre axes temporels. C’était peut-être un peu trop embrouillé. Alors, j’ai décidé pour SI de me focaliser sur un seul axe, sur une seule narration. C’est comme ça que j’ai retrouvé quelques personnages, que je me suis replongée dans ce monde. Oh, ce n’était pas une expérience très longue, la nouvelle ne fait que 10K mots. Mais voilà, ça m’a fait quelque chose de me remettre dans tout ça. Ca doit être vrai ce qu’on dit sur les premières amours, elles ont un goût particulier.

Je ne sais pas si j’ai réussi à transmettre tout ce que je voulais. Je ne sais même pas si cette historiette tient debout. J’ai tenté de la rendre aussi indépendante du récit initial que possible. Et c’était un exercice intéressant, vraiment. J’ai pu constater que mes personnages avaient grandi dans ma tête toutes ces années, qu’ils avaient évolué. Parce que cette histoire pourrait avoir lieu quelques années après la fin du LrdO originel. Elle pourrait se dérouler aussi dans un univers alternatif. Quoi qu’il en soit, je suis franchement contente d’avoir réussi à sortir ces 10K mots et je suis contente de m’être replongée dans cet univers. Je pense que je vais y revenir encore dans une autre historiette de SI, pas sur le même axe temporel et pas avec les mêmes personnages. Mais il reste des choses à dire et des morceaux à montrer.

Voilà, je referme ici cette parenthèse. Le weekend que j’ai passé sur cette histoire m’a rendu un peu guimauve sur les bords lol

Cet épisode va donc sortir le 1er juin et pour ceux que ça intéresse, je mets un petit aperçu de la couverture. Merci d’avoir lu ma dégoulinade nostalgique bigsmile

Laisser un commentaire