Publication

Des grenouilles cubiques

50Ouh, ça fait un bail que j’ai pas blablaté sur ce blog, alors que j’avais pris plein de bonnes résolutions pour le ramener à la vie. My bad.

Mais en fait, j’ai dû faire quelques choix dans ma gestion du temps qui était devenue bien trop chaotique. Donc c’était soit le blog, soit l’avancée de mes histoires. Devinez ce que j’ai choisi tongue

Parce que oui, à l’heure actuelle, je bosse en parallèle sur cinq histoires, j’en réfléchis dix autres et une myriade d’idées se baladent sur des post-its un peu partout dans mon appart. Mais je n’enterre pas du tout l’idée du blog. Au contraire, j’ai envie de le reprendre de plus en plus, au rythme d’un article par semaine. Faut juste que je m’y prenne mieux niveau organisation.

Et finalement, ce n’est même pas de ça que je voulais causer. Parce que si je scribouille, j’ai pas non plus oublié mes résolutions de quatre romans dans l’année. Les trois premiers, vous vous en souvenez peut-être : Quand la mousse pousse en janvier, Point de fuite en avril, Comment j’ai tué sept personnes avec une agrafeuse en juillet… et rien en octobre, pas bien. Bon, en réalité, octobre n’a pas été complètement vide, puisque les Editions Hélène Jacob ont sorti leur recueil de nouvelles annuel auquel j’ai participé avec une nouvelle. Le recueil s’appelle 17 nuances de folie, parce qu’on est 17 auteurs et que le thème est “la folie” (ouaip, c’est bien fichu).

Mais voilà, ça compte pas comme le quatrième roman. J’ai longtemps cogité sur ce que je voulais finaliser et ça n’a pas été évident. Parce que oui, j’ai plein d’histoires qui trainent dans les tiroirs, mais elles ont toutes pour l’instant des défauts qui me sautent trop aux yeux et que je veux pouvoir corriger avant de les lâcher sur la toile. J’ai donc réfléchi, réfléchi et c’est La Septième Face qui a gagné haut la palme.

La Septième Face (L7F pour les intimes) est ma plus vieille histoire active. Je l’ai commencée en l’an de grâce 2009, j’ai eu quelques coups de mou, mais elle s’est finalement toujours accrochée pour rester en vie et pour réclamer sa suite. L7F, c’est aussi ma première incursion dans le burlesque. C’est grâce à cette histoire que je me suis découvert plein d’atomes crochus avec ce genre et c’est grâce à elle que mon écriture a radicalement changé pour devenir ce qu’elle est maintenant. Donc oui (sortez les violons), cette histoire, c’est un peu le truc auquel je tiens le plus dans tous mes scribouillages à l’heure actuelle.

De quoi ça cause ? Eh bien, nous sommes sur une planète cubique baptisée le Cube (bawé), peuplée d’habitants qui vouent un culte à la Grade Coasseuse. Nous, on se retrouve aux côtés de Machin Schauze qui vient d’hériter d’une quête farfelue – celle de retrouver la Septième Face du Cube. Autant dire qu’il n’est pas couché, le pauvre garçon. Le Cube, quant à lui ressemble à ça :

carte_end

L7F va se décomposer en trois tomes que je vais essayer de sortir à un an d’intervalle. Le premier s’appelle “Et la Grande Coasseuse créa le Cube” et est prévu pour le 21 novembre. Je vous propose d’ailleurs de découvrir la couverture (avec les magnifiques illustrations de Hugues Amblard) :

cover-mini

Et moi, je m’en retourne aux derniers fignolages sur ce bouquin mrgreen

2 pensées sur “Des grenouilles cubiques”

  1. vefree dit :

    Je suis impatiente de lire cette nouvelle mouture !

    1. Svetlana dit :

      Et je suis impatiente de la montrer :D

Laisser un commentaire