Écrivons !

Décrivons !

48Vous savez peut-être que j’aime les expériences scripturales. J’aime expérimenter les formes, les fonds, les chronologies et tout ce qui se présente à moi. Et récemment, j’en suis venue à m’interroger sur la place de la description dans mes fictions.

Bon, disons-le tout de suite – la description n’est pas un truc que j’affectionne particulièrement. La description des endroits et des personnages, j’entends. Ce n’est pas pour rien que j’ai écrit quantité de trucs en full-dialogue. Mais voilà, outre le full-dialogue, j’ai quand même un paquet d’histoires qui nécessitent bien de la narration de temps à autre.

Un jour, une lectrice m’a dit que le lecteur était aveugle et que c’était à l’auteur de lui dessiner le monde dans lequel il voulait le faire plonger. Et cette remarque m’a fait réfléchir parce qu’elle est à l’opposé de ma conception de la chose. Personnellement, je ne considère pas les lecteurs aveugles. Un lecteur a forcément un vécu et déjà des images de lieux devant les yeux. Si je vous dis “rivière”, je suis à peu près certaine que vous allez tous vous imaginer un truc différent et potentiellement basé sur une ou des rivières que vous avez croisées dans votre vie (ou sur l’image que j’ai collée au-dessus, haha). Parce que l’imaginaire est une chose merveilleuse, il fait voir tout plein d’images sans forcément beaucoup de mots. De là, est-ce qu’il est nécessaire de définir clairement la rivière, de dire qu’elle fait un coude à tel endroit, que son courant devient plus rapide à tel autre ? Je ne sais pas. Peut-être. En tout cas, si c’est crucial pour l’intrigue. Si c’est décrire pour noircir des pages, ça peut vite devenir lassant. Mais bon, ce n’est que mon avis et certains auteurs ont des descriptions juste superbes.

Si mes descriptions de lieux sont minimalistes, celles des personnages le sont également (oui, je fais une grosse allergie aux descriptions, en fait mrgreen ). Parfois, je me dis que je devrais décrire plus le physique de Bidule ou de Truc. Parce que peut-être que ça intéresse quelqu’un de savoir que le premier a trois yeux et le second une tache de naissance sur le nez. Mais ça fonctionne en fait comme pour les lieux – un ou deux détails facilement mémorisables et basta pour le reste. Même si, il faut le dire, avec les personnages, l’approche est autre. Ils bougent, ils agissent, ils ont des expressions, ils échangent des regards, ont des tics nerveux. Et ça, ça, je trouve ça bien plus intéressant à décrire que leur physique. Je dois pas être faite normalement tongue

Je ne sais pas si c’est une approche valable. J’espère un peu, quand même. Sinon, tous mes écrits sont bons pour la poubelle lol Et vous, qu’est-ce que vous en pensez des petites descriptions glissées çà et là ? mrgreen

1 pensée sur “Décrivons !”

Laisser un commentaire