Écrivons !

Tuez-moi ça !

22Il est de notoriété publique que Jupsy et moi, on aime à maltraiter de pauvres persos. Et c’était d’ailleurs notre grand sujet de conversation de ce soir. Pourquoi je vous raconte ça ? J’vous assure qu’il y a une raison autre que le déballage de vie :P Jupsy donc, une collègue de plume et sadique reconnue, était en train de s’arracher les cheveux sur le personnage d’un livre qu’elle lisait. Parce que ce personnage, selon ses dires enflammés, était si tête à claques que sa mort aurait été un grand moment de joie. Oui, elle est cruelle, Jupsy.

Et pour le coup, on en est venues à la question – pourquoi ? Pourquoi un personnage peut-il donner de telles envies de meurtre au lecteur ?

Pour ma réponse à cette problématique, attention, si vous êtes allergiques aux arcs-en-ciels et aux petits papillons, fuyez ! mrgreen Parce que de mon avis purement personnel qui n’engage que moi, la réponse implique des petits coeurs comme lui là -> heart (je vous avais prévenu pourtant, vous aviez le temps de fuir avant que ça ne dégénère…)

Bon, je le répète – je parle pour moi. Si certains procèdent autrement, j’en suis très heureuse pour eux bigsmile Mais voilà, chez moi, pour écrire avec un personnage, il faut que je l’aime de tout mon petit coeur. Alors je vous entends vous exclamer que oui, c’est facile d’aimer ses héros, blablabla. Sauf que l’amour ne s’arrête pas aux héros (ou anti-héros, hein, tout dépend de ce que vous écrivez). Non-non, puisque j’aime absolument tous mes personnages – les idiots, les psychopathes, les tueurs en série, les éleveurs de carottes, les prospectus pensants. D’ailleurs, il y a peu, je me suis pris d’affection pour un tueur à gages et depuis, nous vivons heureux :3

Et puis bon, ce n’est pas pour rien que les méchants les plus appréciés de toute l’histoire des méchants sont ceux que l’auteur a pris le temps de développer amoureusement lol Mais ça, c’est carrément un autre débat.

Donc, bah, j’estime avoir réussi mon coup quand le lecteur me menace de mort après que j’ai tué un perso. Chacun ses passe-temps, hein :P Moi, j’aime bien collectionner les lettres anonymes mrgreen

Et vous, comment vous débrouillez-vous pour construire les persos ? Est-ce que vous aimez les faire détestables ? Est-ce que vous les préférez tout gentils ?

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à vous abonner à la newsletter :

6 pensées sur “Tuez-moi ça !”

  1. Dragon à Plumes dit :

    Tout gentils, ce n’est pas drôle. Moi aussi, j’adoore mes personnages tête à claques, surtout quand il s’agit ensuite de surprendre le lecteur en dévoilant des pans inattendus de leur personnalité. A bas les personnages lisses !

    1. Svetlana dit :

      Ah bah oui, ce grand moment où un personnage qui était jusque là tout gentil se révèle être le grand méchant de l’histoire :’)

  2. Damien C. dit :

    Personnellement, j’ai un petit faible pour les personnages complexes. S’ils sont tout gentil ou tout méchant, je vais moins aimer (préférence pour le méchant, malgré tout dans la plupart des cas). Mais un personnage “gris”, c’est mieux, je trouve. Tout ça, c’est ce que je remarque côté lecteur et du coup, j’essaie d’appliquer en tant qu’auteur !

    1. Svetlana dit :

      Héhé, un amateur de plus de méchants, un ! La grisaille, ya que ça de vrai. Même si j’avoue, j’aime bien les méchants bien méchants avec certes une p’tite part d’humanité, mais qui vont rester fidèles à eux mêmes :D

  3. Olivia Billington dit :

    Ça n’existe pas, les vrais gentils. J’aime que mes personnages aient une part sombre, sinon ils m’ennuient.
    Quant à mes “vrais vilains” :P je ne peux pas dire que je les aime, mais j’aime les détester.

    1. Svetlana dit :

      On est d’accord, trop de gentillesse, c’est à la limite de l’écœurement :P Quant aux méchants, quand on aime à les détester, c’est que le pari est gagné :D

Laisser un commentaire