Écrivons !

Comment naissent les histoires ?

21Non, c’est vrai. C’est une question parfaitement légitime. Qu’est-ce qui fait qu’à un moment donné, des idées arrivent, forment un truc cohérent, finissent par se tricoter en phrases et peuvent même aller jusqu’à se transformer en un truc cohérent ?

Ca fait presque six ans que je fréquente la Plume d’Argent (qui vient d’ailleurs de changer complètement de tête, viendez voir, c’est beauuu) et à chaque fois que je mets le nez dans la partie fiction, je m’émerveille de la variété des textes écrits. Pourtant, tous ceux qui y publient sont des amateurs (dans le sens auteurs non publiés et donc ne tirant aucun profit financier de la chose), mais je sais que des dizaines de textes m’ont donné l’impression d’être plus que des mots sur un écran. Pour moi, personnellement, un texte passe au rang de perle quand j’arrive à oublier l’auteur derrière et quand les personnages, les décors et tout le toutim deviennent réels. Pas réalistes, réels.

De mon côté, je ne sais pas si mes lecteurs ressentent un chouia de cette réalité quand ils me lisent. Mais moi, je m’étonne toujours du résultat final de mes délires. Pas parce qu’ils sont des chef-d’oeuvre ni rien de ce genre – mes chevilles vont très bien, merci. Non, c’est plus le processus qui est une chose très étrange. J’écris beaucoup à l’impro et de ce fait, je pars souvent dans une histoire avec juste une image, ou une phrase, ou un titre. Je ne sais donc absolument pas où je vais ni pourquoi j’y vais. Mais je sais que ça me plait d’y aller. Et puis, au bout de quelques pages noircies d’impro pure et dure vient ce moment absolument magique où tout s’emboite parfaitement, où des choses jetées au hasard prennent soudain sens et où le tout forme un machin cohérent. Dingue mrgreen

En fait, si je n’avais pas peur de me faire enfermer dans un asile, je pourrais dire que c’est comme si les histoires existaient avant même d’être écrites, quelque part au paradis des histoires. Elles vivent leur petite vie de chose fictionnelle, elles sont heureuses et un jour, elles décident qu’elles en ont marre de leur petit paradis tout en pastels. C’est alors qu’elles décident d’aller gratter au cerveau d’un écrivain qui s’est laissé à rêvasser. Et elles grattent, grattent, jusqu’à ce qu’il cède, jusqu’à ce qu’il n’arrive plus à penser à autre chose, jusqu’à ce qu’il commence à scribouiller, jusqu’à ce qu’il en rêve la nuit. Et enfin, jusqu’à ce qu’il arrive à transformer la petite histoire en jolies phrases et jusqu’à ce que les jolies phrases forment une fiction. Alors, l’histoire échappée de son petit monde part contaminer les lecteurs du petit écrivain et tout le monde vit heureux à tout jamais. Ouais, je pourrais dire ça si je n’avais pas peur de me faire enfermer dans un asile lol

Et vous, comment elles se créent, vos histoires ? Est-ce qu’elles n’ont besoin que d’un moment d’égarement ? Est-ce qu’elles sont le résultat d’un plan d’action en trois actes ? Bref, vous, comment créez-vous ? bigsmile

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à vous abonner à la newsletter :

6 pensées sur “Comment naissent les histoires ?”

  1. Damien C. dit :

    Le timing est presque impeccable ! Il suffit d’un petit rien pour écrire une histoire : une envie d’écrire une histoire à contrainte, ou une histoire en full-dialogue et parfois lire des histoires où un personnage oublie son sac. Le déclic est partout et il ne faut pas le laisser filer !! ;)

    1. Svetlana dit :

      Ah, le fameux déclic du sac :mrgreen: Enfin, j’ai cru comprendre que ton histoire à contraintes te bousillait un peu le cerveau dernièrement. Tiens le coup !

      1. Damien C. dit :

        Bientôt la fin de l’alphabet et je pourrais fouiner des sacs à volonté !! Niark niark niark ! :D

        1. Svetlana dit :

          Héhé, courage pour la dernière ligne droite :D

  2. Ery dit :

    Je te rejoins tout de suite à l’asile, Seja ! J’adhère complètement à ta vision du paradis des histoires. Les choses se passent de façon moins “improvisée” en ce qui me concerne, mais je ressens exactement ce même petit gratouillement de l’histoire qui veut naître… Et cette sensation parfois, pendant l’écriture, qu’il existe un espèce d’ordre cosmogonique qui cherche à s’imposer au bout d’un moment. Le tout est de bien le cerner et c’est souvent là que les choses se corsent pour moi !
    Bref, encore une fois un chouette article, franchement je me régale avec ton blog <3

    1. Svetlana dit :

      Bah après, chacun son niveau d’improvisation :D Mais tu vois, ça me fait plaisir de voir que je ne suis pas le seul cas clinique de cette terre ! Et puis, si on part par là et que cette idée n’est pas venue seulement à moi, c’est que ça doit être vrai. Hein qu’il existe un paradis des histoires ? :mrgreen:
      Mwo, merci de suivre mes réflexions hautement philosophiques xD <3

Laisser un commentaire